Watt! Archipels réunit 5 créations vidéo tirées d’improvisations musicales infiltrées dans des entreprises du collectif Mécènes du Sud.

Watt ! est un vaste projet international de résidences-concerts qui réunit des musiciens issus du bassin méditerranéen et d’Amérique du Nord.

Au travers de Watt! Archipels, ils répondent à l’invitation de rencontrer l’entreprise sur un mode créatif. Cette génération d’artistes aux influences multiples, sensible aux vibrations urbaines, métisse des répertoires riches aux confluences de la tradition, du hip-hop, du jazz ou de l’électro-chaabi.

Le réalisateur Stéphane Barbato explore les codes et les murmures du monde économique évoquant ainsi la migration, la réussite, la crise, la compétitivité, la survie, à l’affût d’un monde meilleur.

Le réalisateur
+ STEPHANE BARBATO

C’est à Avignon, sa ville natale, que Stéphane Barbato se retrouve plongé dès l’enfance dans une ambiance de théâtre et de musique avec l’animation d’émissions de radio sur le rock et le cinéma. En 1985, Stéphane Barbato intègre, logiquement, en 1985, les Arts appliqués de Marseille, puis les Beaux-Arts de Luminy.

Il travaille comme directeur artistique dans la communication jusqu’en 2002 afin de réunir les moyens de son premier film : Play the Game, avec Jonah Russel (UK) et Aurélien Recoing. À l’occasion de cette production, Stéphane Barbato rencontre et travaille avec Ennio Morricone, compositeur des bandes originales de Sergio Leone, qui lui offre la musique de son premier film. Le film se retrouve ensuite dans la sélection officielle de nombreux festivals (Los Angeles COL COA, New-York IFCT, Sao-Paulo, Amsterdam, Manchester, Genève, Istanbul, Montréal) et y obtient huit récompenses (dont celle du

Meilleur Film Européen et Honorable mention de cinématographie au Festival IFCT Los Angeles et New York en 2007).

Il suit également diverses formations (direction d’acteurs, écriture de scénario et écrit simultanément une série de long-métrages (Land Art, et Elk tiré du roman de James Welch : A la grâce de Marseille, Mugshots), tout en menant une carrière de réalisateur pour des spots publicitaires chez Bandits Production, orientés vers les grandes causes (Sécurité routière GOLD LION Cyber CANNES 2O11 AWARDS, Mines Anti-Personnel Angola 2013, Campagne contre le Tabac 2013…).

Actuellement, il est en cours de développement de son long-métrage Mugshots, Projet-Lauréat Mécènes du Sud 2010, qui a également bénéficié de l’aide au développement renforcé du CNC. Il écrit également un film sur le journaliste Varian Fry.


 

WATT! LE TEASER…

Découvrez le teaser officiel

1′ 25″

Les derniers tweets de Watt! Archipels

PLAY GROUND

Découvrez le film

7′ 26″

Dans une salle de classe aux allures de laboratoire expérimental, on se questionne sur les mots et leur pouvoir…

Les musiciens et une équipe de tournage s’invitent dans une école d’art durant un cours de langue, avec pour instruments : un panier de basket et un filet rempli de ballons. Les élèves observent les techniciens du son qui instrumentalisent la salle de cours. Les chaises, les tables, le sol, les murs et le panier de basket sont équipés de capteurs sonores…

Watcha Clan et T.O.X. se mêlent aux élèves, Rashaan Ahmad s’improvise professeur de langue et la classe devient le terrain de jeux d’improvisation musicale. Une rencontre internationale où l’on fait jongler les mots.

Les Artistes
+ RAASHAN AHMAD

Référence pour les fans de rap underground, Raashan Ahmad a d’abord officié au sein des groupes Mission & Crown City Rockers avant de se lancer dans une carrière solo, qu’il débutera en 2008 avec l’album “The Push”.

Sa réputation grandissante en tant que MC lui donnera l’occasion de se produire sur les scènes du monde entier, jouant devant des milliers de personnes, soulevant les foules avec une énergie positive et un art du MCing maîtrisé à la perfection !

Son envie de rencontrer et partager son art avec les autres lui permettra également de collaborer à de nombreux projets : Jazz Liberatorz, Dj Vadim, Dj Moar…

Son “For What You’ve Lost”, sorti en novembre 2010, est sans conteste son oeuvre la plus aboutie avec un hip hop nourri à la soul et au jazz, laissant place à de prestigieux invités tels qu’Aloe Blacc, Gift Of Gab, Count Bass D…


     

+ FADA VEX et BANIS aka T.O.X.

T.O.X. est un groupe de rap algérien composé de Fada Vex (de son vrai nom BOURBIA Malik) (rappeur) et Banis (de son vrais nom BOURBIA Anis)(rappeur).

En 2005, le groupe co-produit des titres et collabore avec de nombreux chanteurs raï.

Il participe notamment à la bande originale du film “Beur blanc rouge” de Mahmoud Zemmouri.


 

+ WATCHA CLAN

Watcha Clan a toujours fait preuve d’un éclectisme spirituel visionnaire dans ses sonorités, puisant son inspiration autant dans les mouvances électroniques urbaines (drum&bass, hip-hop) que dans les folklores d’Afrique du nord, d’Israël, de Turquie et des Balkans, le tout sublimé par la voix magique de Sista K.

Nasim : gumbri, guitare, voix / Matt Labesse : contrebasse, guitare / Suprem Clem : prod, laptop, claviers, accordéon / Sista k : chant


    

R.E.S.C.A.P.S.

Découvrez le film

6′ 56″

Micro à la main, 3 artistes captent et expérimentent les étranges sonorités de l’air…

L’art de la survie. Les musiciens visitent une usine de reconditionnement du matériel de survie en mer. Radeaux, gilets de sauvetage, combinaisons de survie, sont des corps vides étendus sur le béton du hangar. Dans le bourdonnement des compresseurs, les beat-makers

détournent le beat de l’air comprimé. Lou Piensa, Meryem Saci et DJ Rebel composent une partition émotionnelle à base d’air compressé. Le souffle de la création regonflent les corps et l’espoir de survivre.

Les Artistes
+ MERYEM SACI aka MEDUZA

Elle a grandi en Algérie et a été élevé par une mère célibataire. Meryem a partagé avec nous, les défis relevés par sa mère et elle, en tant que femmes, dans une société essentiellement patriarcale.

La plupart des femmes se seraient contentées de pouvoir fournir le nécessaire aux membres de leur famille, mais la mère de Meryem encourageait ses enfants à non seulement poursuivre leurs études, mais les aider aussi à cultiver leurs passions.

Dans le cas de Meryem, il était évident dès son plus jeune âge, que la musique allait occuper une place importante dans sa vie.

Et bien étonnamment, le hasard des événements, fit que la musique qui était la cause de son départ d’Algérie et devint la source de son installation au Canada.

Meryem est aujourd’hui membre active de la communauté de Montréal, elle cherche à inspirer les jeunes par sa musique. Elle fait partie des quelques voix féminines de la scène hip hop de Montréal, et encourage les jeunes femmes, comme elle-même, à poursuivre leurs rêves en les motivant à prioriser l’éthique au travail et l’importance de l’éducation.


+ DJ REBEL

Dès les premières heures, Dj Rebel contribue à l’émergence du mouvement hip-hop marseillais avec sa formation Soul Swing et ses participations aux albums d’IAM, Faf Larage ou “Chroniques de Mars”.

+ LOU PIENSA

Beatmaker, MC, Lou Piensa est actif au sein de la scène Hip Hop international depuis son adolescence.

Sa musique l’a amené à voyager et à partager la scène avec plusieurs artistes de renommée mondiale (Com-mon, Wyclef, Dead Prez, K’Naan, Julian Marley) notamment au sein de son groupe Nomadic Massive, qu’il confonde en 2004, lors d’un Festival à Cuba. Rappeur qui mélange les langues qu’il parle (Anglais, Français, Espagnol et Portuguais), il vit aujourd’hui à Côte-des-Neiges, le quartier le plus multiculurel de Montréal, où, en dehors de sa carrière musicale, il gère un programme de studio communautaire pour les jeunes.

Son enfance nomade (Né en France, il a grandit en Equateur, en Algérie, au Canada et à Cuba) lui a donné l’habilité de s’adapter facilement et a engendré sa vision universelle de la culture Hip Hop.

Sa production musicale reflète les influences éclectiques dans lesquelles il a grandi, inspirée par les rythmes du monde entier avec comme fil conducteur le Hip Hop et et toute sa ferveur.


CHROMA TRAUMA

Découvrez le film

6′ 25″

Dans une usine, un musicien détourne une chaîne de conditionnement en atelier de percussions…

Le batteur chaman et rebelle Ahmad Compaoré est invité dans une fabrique de couleur. Sous les coups de baguettes il transforme la chaine de fabrication en batterie géante. Le chaman

traverse l’espace industriel dans une transe à couper le souffle. Le rebelle pratique l’art martial pour un combat musical. Un attentat à la couleur…

Les Artistes
+ AHMAD COMPAORE

Batteur, compositeur et percussionniste, Ahmad Compaoré est un musicien en liberté. Des pieds, des poings, des mains, il frappe, fouette et caresse le cuivre des cymbales, les peaux de sa batterie.

Egyptien par sa mère, Burkinabé par son père, il s’est construit un parcours à l’image de sa propre histoire, bâtie sur la rencontre entre les cultures, avec des musiciens qui l’ont aidé à se forger un destin hors du commun.

Il est révélé en 1991 par l’opéra-rock “Helter Skelter” de Fred Frith. Il signe un premier album en 2000 avec sa formation ORIENTAL FUSION (Hakim Hamadouche et Edmond Hosdikian) et collabore avec des musiciens tels que Fred Frith, Marc Ribot, Jean-Marc Montera, Otomo Yoshihide, Jamaaladeen Tacuma, Louis Sclavis, Ikue Mori, André Jaume et Barre Phillips. Mais cette richesse de rencontres ne se limite pas à la seule création musicale : en 2002, il croise la route de la

chorégraphe et danseuse égyptienne Karima Mansour qui le choisit comme partenaire pour son duo “Temporament”.

Lauréat “Villa Médicis Hors les Murs” en 2005, il séjourne en Inde pour s’initier à l’art des tablas auprès du maître Sree Debasish Dass.

Lauréat Culturesfrance “Hors les Murs” en 2008, il part en résidence à Tokyo pour un projet de création (musique improvisée assistée par ordinateur) avec des musiciens japonais.

Il mène en parallèle les expériences les plus extrêmes dans la musique expérimentale et improvisée, le jazz et la fusion. Il enseigne aussi la batterie et les percussions contemporaines au studio La Boîte à Musique, son lieu de résidence à la Friche à Marseille. Tout en multipliant concerts et ateliers, Ahmad poursuit son voyage sur la route des rythmes, ceux d’un musicien sans frontières…


K 2013

Découvrez le film

8′ 50″

DJ au volant, une voiture astucieusement rendue musicale diffuse sa sonorité mécanique…

Dans une concession automobile, le musicien explore la sonorité de berlines de luxe.

Il choisit une automatique et emprunte la voiture pour un essai très particulier. Après une escale technique dans un entrepôt où l’attend son ingénieur du son.

La voiture est convertie en instrument de musique électronique avec des micro-capteurs.

Au volant de sa sound-machine, DJ Creestal compose, dans une atmosphère urbaine et nocturne.

Les Artistes
+ DJ CREESTAL

Producteur Marseillais connu pour être membre du groupe karkan, Creestal est le second producteur à découvrir sur la série BEAT & DISCOVERY. Creestal sort son premier album solo dans un style dense avec beaucoup de sample de voix, de grosses basses et quelques scratches, “Beat’Em All” révèle un don pour repérer et découper des refrains catchy.

La Soul, le Jazz, ou encore la musique latine se colorent d’un esprit hip-hop derrière les machines de Creestal.

Avec sa touche musicale et sa façon de faire sonner live ses batteries, Creestal nous fait penser au meilleur de Dj Spinna, de Pete Rock ou encore de Madlib.


BONHEUR INTERIEUR BRUT

Découvrez le film

5′ 30″

Une banque abandonne son formalisme et son sérieux pour laisser place aux sonorités rythmées du beatbox…

Des financiers s’expriment à propos d’une étude portant sur le bonheur dans leur entreprise. Dissimulés parmi les banquiers, les Beat-boxers d’Under Kontrol s’expriment à leur manière sur le sujet. Dans la salle des coffres, la porte du bonheur s’ouvre…

Les cuivres envoutants de Raphael Imbert, Simon Sieger et Cyril Benhamou improvisent subtilement sur le beat des Under Kontrol. Une performance élégante, drôle et inédite.

Les Artistes
+ UNDER KONTROL

Under Kontrol est composé de quatre beatboxers: Micflow, Mr Lips, Tiko et Faya Braz.

Micflow et Mister Lips, plus connus sous le nom PHM / Pure Human Music, viennent de Marseille. Double Champions de France et champions du Monde de Beat box. Ainsi, ils se qualifient de nouveau pour le championnat du monde à Berlin.

Sur scène, ils jouent des rythmiques hip-hop, de la drum’n'bass, du ragga, privilégiant la complémentarité du duo, la technique et l’efficacité des rythmiques utilisées. Tiko vit à Lyon, et pratique le Human Beatbox depuis 2001. En dehors de cette pratique, il s’est initié à de nombreux autres instruments, désireux de musicalité et d’expérimentations.

Faya Braz alias The Beat Don’t Stop, est originaire de Bagnolet en Seine-Saint-Denis (région parisienne), il est membre du groupe de Beatbox Ekip d’Art-Hifis. Considéré comme un pilier de la communauté française, il a fait partie des 16 finalistes dans tous les championnats de France.


+ RAPHAEL IMBERT

Musicien autodidacte né en 1974, Raphaël Imbert poursuit un chemin atypique dans la grande famille du Jazz et des musiques improvisées, artiste et pédagogue exigeant, arrangeur et improvisateur recherché.

L’un de ses domaines de prédilection est le spirituel dans le Jazz. Raphaël Imbert se produit au sein de plusieurs formations qu’il a fondées au sein de la Compagnie Nine Spirit, ainsi qu’avec de nombreux musiciens en France et sur la scène internationale.


+ CYRIL BENHAMOU

Lauréat du Concours National de Jazz à la Défense – Grand Prix Sacem de composition. Ce jeune et talentueux musicien, issu du jazz et des musiques actuelles, est devenu en quelques années un pilier de la scène marseillaise.

Après un parcours au Conservatoire de Marseille en classe de jazz, il multiplie les expériences et privilégie la composition et l’arrangement soigné, une signature que l’on retrouve dans ses projets solo et dans ses différentes formations dont In&Out, Punjab, Sons of Sugar et Namasté.

Des projets qui l’ont conduit à se produire aux quatre coins de l’Europe, au Brésil, dans les Balkans, en Algérie ou encore au Congo-Kinshasa.


+ SIMON SIEGER

Etudiant en Master de musicologie au département de musicologie et sciences du langage à Aix-en-Provence, Simon Sieger travaille dans la théorie comme dans la pratique, sur le dialogue dans l’improvisation et notamment dans le jazz.

Pianiste de jazz formé par son père saxophoniste, et tromboniste autodidacte, cette démarche l’a conduit à s’intéresser au jazz depuis ses débuts jusqu’à sa forme plurielle actuelle et à considérer toute musique comme une pratique à la fois sociale et sémiologique.


.

Abonnez-vous et recevez toute l’actualité Watt! Archipels

—————————————–

Votre email

—————————————–